Infrastructure forestière

Bruno GRANGE

La gestion de la forêt privée

La Grande Béole

41200 VILLEHERVIERS

FRANCE

Tél. 02 54 76 67 78

Messagerie : bruno.grange@free.fr

Pour nous contacter :

L'infrastructure forestière joue un rôle important, trop souvent négligé. Pourtant, lorsqu'elle est en bonne état et de bonne qualité, elle permet souvent de mieux vendre ses bois (plus cher ou plus facilement). Elle doit correspondre à l'activité forestière, au terrain (plaine, montagne…), à l'évolution futur du massif, aux réseaux publics existants ou à venir.


La voirie

Les cloisonnements servent principalement aux tracteurs pour sortir les bois des parcelles. Voir la page concernant les dépressages et éclaircies en cliquant ici.


Les pistes de débardage : elles relient les parcelles entre elles et servent aussi souvent d'allées en propriété privée. Elles permettent aux tracteurs de mener les bois en bord de route. Une moyenne considérée comme satisfaisante en plaine, est de 15 à 30 mètres de piste par hectare.


Les routes : il s'agit de toutes les voies accessibles aux camions grumiers et autres porte - chars. Il ne s'agit pas obligatoirement de routes goudronnées. Elles doivent être assez larges, supporter des charges lourdes (13 tonnes/essieu) et présenter des pentes faibles (7% sur un sol empierré est un maximum). La densité jugée satisfaisante en plaine varie entre 5 et 10 mètres par hectare.


Le réseau de drainage

Il est constitué de l'ensemble des fossés, ruisseaux, rivières… De son bon entretient et de sa quantité, dépend la longueur de la période d'accessibilité des parcelles. Les exploitations et les travaux se faisant souvent en automne - hiver, les véhicules doivent pouvoir circuler à cette période habituellement humide en France.


Le réseau de drainage doit souvent être révisé voir enrichi lors de coupes rase. Les arbres absents d'une ou de plusieurs parcelles ne pompent plus l'eau. Il est fréquent de constater une remontée des nappes sur ces parcelles, compromettant ainsi l'avenir des semis ou des plants.


Ces deux types de réseaux sont coûteux à mettre en place et à entretenir. La principale difficulté est de trouver le compromis entre la quantité, le coût, la qualité et la facilité d'entretien.


Dans tous les cas, avant d'enrichir vos réseaux de nouveautés de votre initiative, faites confiances aux « anciens », et remettez en état ce qu'ils avaient fait. Dans bien des cas vous ferez de sérieuses économies. Et surtout ne faites rien tant que vous n'aurez pas la solution pour l'entretenir annuel votre nouvel ouvrage.


Remarque :

La qualité et la densité de la voirie sont particulièrement importantes pour les massifs gérés en futaie irrégulière.

Google